:: Archives Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Event] We're All in This Together

avatar
Le Professeur
Compte fondateur
Compte fondateur
⊱ Messages : 908
⊱ Poké$ : 25477
⊱ Arrivé(e) le : 20/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
http://pokemon-heroes.forumactif.be
Dim 27 Mar - 14:20

We're all in this together

Intrigue 01

29 février 2016

Ce matin, beaucoup d'entre vous se sont réveillés avec le sentiment qu'une chose vous avait été dérobe. Vous n'aviez pas tort car vous avez très vite remarqué que certains de vos Pokémon manquaient à l'appel. Une fois devant le commissariat de Police, vous remarquez rapidement qu'une horde de citoyen se tienne devant le bâtiment, toute victime de vol de leur précieux compagnon. Alors que l'agent Jenny tente bien que mal de calmer la population, une voix se fait entendre :

Population de Kanto, n'ayez crainte, vos Pokémon sont en sécurité ! Pour le bien-être de vos compagnons, nous avons décidé de les emmener dans un endroit où aucun humain ne pourra les capturer, inutile de protester ou d'essayer de vous battre contre nous. Personne ne pourra aller contre la mission que nous nous sommes confiés.

Immédiatement, beaucoup pointent du doigt l'APP pour cette chose qualifiée de pure folie mais celle-ci adresse rapidement un communiqué pour se détacher de ce groupe d’extrémiste. Ainsi, de nombreux partisans de l'APP sont dépêchés pour retrouver les Pokémon. La ligue Pokémon n'est pas en reste, ses agents sont les premiers sur le terrain et doivent coopérer avec ceux qui les rejoignent, même les agents de l'APP. Durant ce laps de temps, les rancœurs de chacun sont mises de côté, la priorité est de retrouver les Pokémon...

Mise en situation

Vous vous réveillez chacun dans votre habitation avec une sensation étrange de malaise et une vague odeur inconnue flottant dans la pièce. Rapidement, vous vous apercevez que vos pokéballs sont ouvertes ou ont tout simplement disparues. Citoyens, dresseurs, anti-APP, vous soupçonnez l'organisation d'avoir commandité un enlèvement. Pro-APP, vous avez du mal à contenir votre calme, vous vous sentez trahi par vos pairs, vous pensez être victime d'un acte interne auquel vous auriez été totalement exclu. Vous vous rendez aussitôt au poste de police, mais l'attente est trop présente devant tous les autres citoyens réclamant justice. Vous décidez de vous rendre directement au siège de l'APP, à Carmin-sur-Mer pour réclamer réparation. C'est alors que vous entendez un flash spécial clamant que l'Association n'est en aucun cas responsable de la disparition de vos pokémons. Naïfs ou non, un doute plane dans votre esprit, vous ignorez si vous devez croire l'APP ou faire confiance à votre instinct.

Les agents de sécurité vous somment de partir, vous menaçant de vous incarcérer pour malveillance si vous restez devant le siège de l'APP. Résignés, vous quittez les lieux mais vous êtes bien décidés à retrouver vos pokémons. Vous êtes tous différents, certains pro combat, certains anti combats mais vous êtes tous d'accord sur un point : il est hors de question de voir vos pokémons disparaître tout bonnement de votre vie. Vous commencez alors à discuter entre vous et décidez de créer une brigade spéciale bien décidée à rendre à chacun leurs compagnons. Heureusement pour vous, vous avez l'agent Jenny de Carmin-sur-Mer dans votre poche, son tortank ayant lui aussi disparu. Jenny vous fourni alors en toute illégalité des costumes d'agent de police. Vous décidez de créer un QG dans le sous sol de l'ancienne arène de Carmin-sur-Mer et rapidement, le lieu se retrouve truffé de papiers et de témoignages au mur.

Marche à suivre

Chacun votre tour, vous mettez votre personnage en situation et expliquez la manière dont il s'est rendu à Carmin-sur-Mer. Vous pouvez vous y être rendu auprès d'un de vos congénères.

Lorsque tout le monde a répondu, un pnj intervient pour vous aiguiller. L'ordre de passage sera toujours le même, il est établi en fonction de l'ordre dans lequel vous commencez à répondre.

Un système de lancer de dés sera mis en place pour corser un petit peu la situation. L'issue de l'event (retrouver ses pokémons ou non) dépendra de la manière dont vous réagissez aux différentes mises en situation. Il est possible que vous ne puissiez pas récupérer vos pokémons du tout.

Tout rp lancé après le post de celui ci (c'est à dire dès maintenant) devra prendre en compte la disparition de vos pokémons.

En ce qui concerne les pokémons ayant retrouvé leur maître, considérez qu'ils vous retrouvent aux alentours de Carmin-sur-Mer. Vous aurez ensuite le choix d'aider malgré tout vos congénères à retrouver leurs compagnons ou de rentrer chez vous sans demander votre reste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 27 Mar - 20:00
Invité
Comme souvent, c'était les premiers rayons du soleil inondant sa chambre qui avaient éveillée Iris.  Elle ouvrit doucement les yeux, un sourire suspendu aux lèvres qui s'effaça pourtant bien vite. Rien n'avait changé, la pièce était exactement la même que la veille au soir mais au plus profond de ses tripes, la jeune ranger sentait que quelque chose n'allait pas. A l'aube de son trente-deuxième anniversaire elle avait pourtant tout pour être heureuse mais elle ne parvenait pas à faire disparaître cette terrible sensation de malaise qui la rongeait petit à petit. Cherchant un contact quelconque avec l'un de ses Pokémons (qui avaient souvent l'habitude de dormir à ses côtés), elle se rendit compte que la pièce était parfaitement vide ! Elle n'était pas inquiète pour autant, ils faisaient tous leur vie et ils leur arrivaient souvent de quitter la chambre avant le réveil de leur propriétaire. Mais quand elle arriva à l'étage du dessous, il n'y avait pas davantage de traces d'eux. L'inquiétude commença à la saisir et l'angoisse ne fit qu'augmenter lorsqu'elle fut incapable de mettre la main sur ses Pokéballs. Une vague de panique la submergea lorsqu'elle reçut un appel de la direction de l'APP qui lui offrait la preuve que ses Pokémons avaient disparu. Ils n'étaient visiblement pas les seuls et l'Association était pointée du doigt. Au sein de leur QG c'était le branle-bas de combat et l'aide d'Iris était grandement exigée. « Comment voulez-vous que je prenne la parole ? » lança-t-elle ulcérée. « Comment voulez-vous SERIEUSEMENT que je prenne la parole après ce qui vient de se passer ? Si vous avez des infos, ne vous gênez surtout pas pour me les donner ! Je n'ai pas l'intention de jouer les pantins alors que je ne sais rien et que je devrais être sur le terrain à battre la campagne pour les retrouver ! » Colère et panique faisaient trembler sa voix à tel point qu'elle peinait à parler. Pour couronner le tout, elle recevait un double appel de la base ranger où la panique devait aussi être à son comble. « Iris, nous n'avons aucune info mais crois moi, nous n'y sommes pour rien ! Mais cette idée va être difficile à avaler pour certains... Nous sommes une cible trop facile... Il faut qu'on parle publiquement ! » En tant que porte-parole c'était son rôle, elle le savait. Mais elle n'en avait vraiment pas la force. Mais avait-elle le choix ?

Trois-quarts d'heure plus tard, le visage blême et tendu d'Iris Carlysle occupait toutes les télévisions de Kanto. « Population de Kanto, peu importe les valeurs qui nous séparent, nous sommes aujourd'hui unis dans la douleur et l'incompréhension. Nous avons appris au même moment que vous le sort réservé à tous nos Pokémons. Vos compagnons vous ont injustement été arrachés et jamais l'APP ne se serait permis une telle chose. Ces enlèvements sont des actes lâches et abjectes, quelque soit les motivations des responsables, aucun droit ne leur était donné de faire cela. Au nom de l'APP je tiens à vous présenter notre soutien le plus sincère. En mon nom propre, je tiens à vous assurer que vous n'êtes pas seuls et que nous nous battrons jusqu'au bout pour récupérer ceux que nous aimons et qui nous ont été enlevés. » Un grondement de désapprobation s'éleva au sein du bureau mais Iris n'y prêta guère attention. Elle parlait en son âme et conscience et c'était bien tout ce qui comptait. « Mais je vous assure une nouvelle fois que nous ne sommes pas plus au courant que vous et si les responsables se révélaient appartenir à notre groupe, ils recevraient la sanction qu'ils méritent. » La caméra se coupa et Iris entendit alors un nouveau grondement qui ne venaient cette fois-ci pas des rangs de ses camarades. Il venait de la foule massée à l'extérieur et qui réclamait réparation. Sans préavis, la direction fit appel aux forces de l'ordre pour faire partir les gêneurs. « Ils ont simplement besoin de réponses. » commença alors Iris avec une pointe de reproches dans la voix. « Et ils les ont eu. Tu as dit tout ce qu'il y avait à dire, tu as été géniale comme toujours. Il n'y a rien de plus à faire, malheureusement. » Bien sûr que si il y avait quelque chose à faire, ragea-t-elle en silence. Il fallait se battre, on ne pouvait pas attendre que les malfrats relâchent gentiment leurs Pokémons avec un petit mot d'excuse attaché à la queue. Restée ici les bras croisés, très peu pour elle. Elle avait bien mieux à faire et elle était prête à tout pour retrouver ses compagnons. Elle était malade à la simple pensée qu'elle ne les retrouve jamais. Et voir certains de ses compagnons les bras ballants la rendait plus malade encore. Peut-être aurait-elle plus de soutien auprès de ses camarades rangers.

Elle quitta donc la direction de l'APP et découvrit avec stupéfaction un petit groupe posté devant le poste de police, autour de l'agent Jenny. Elle reconnut alors certains de ses anciens camarades lorsqu'elle était encore championne. D'anciens amis à qui elle avait tourné le dos et qui ne lui avait jamais vraiment pardonné. Elle sentit une terrible boule prendre la place de son estomac, elle ne se sentait pas trop à sa place au milieu de cette foule qui pointait volontiers du doigt les membres de l'APP. Mais tous semblaient décidés à tout mettre en œuvre pour retrouver leurs compagnons lâchement dérobés. Peut-être était-il temps d'enterrer temporairement la hache de guerre. Déterminée, elle fendit la foule pour atteindre l'agent de police avec qui elle s'était toujours bien entendu puisqu'elles avaient grandi ensemble. Elle n'avait même pas eu le temps d'ouvrir la bouche qu'on s'adressa sèchement à elle. « Qu'est-ce qu'elle fout là, celle-là ? T'as pas une nouvelle conférence de presse à donner ? » « Si vous ne voulez pas de mon aide, libre à vous. Mais ne croyez pas que je resterai les bras croisés. Tenez, Jenny, je vous les laisse de bon cœur. Je sais que vous en ferez bon usage. » Elle remit à l'agence un petit trousseau dont elle n'avait jamais osé se séparer. Si l'arène ne lui appartenait plus depuis longtemps et pourtant elle n'avait jamais été capable de la laisser derrière elle. Peut-être était-il temps que le bâtiment retrouve une utilité et Iris se sentait prête à offrir son aide, peu importe l'animosité que sa présence pouvait provoquer chez certaines victimes toujours persuadées que l'APP était derrière tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 27 Mar - 21:52
Invité
Le soleil matinal léchait agréablement sa peau, dont le dos dénudé dépassait des draps qui ne le recouvraient que jusqu’à la taille. C’était un léger courant d’air qui le tirait d’un sommeil étonnamment profond, lui qui était connu pour ne dormir que sur une oreille. Peut-être était-ce la nuit agitée qu’il avait partagé avec cette jolie jeune femme blonde, Nozomi il s’en souvenait, qui l’avait épuisé. Son bras était encore autour de la jeune femme, protecteur. Normalement il s’en allait peu avant le petit matin, ne laissant qu’un mot derrière lui mais… En l'occurrence ils étaient chez lui, alors autant se montrer attentionné jusqu’au bout. Ce qui le surprenait aussi était qu’il ne se souvenait même plus quand il c’était endormi. Pas très classe je sais, mais ça non plus ça n’était pas les habitudes de l’homme.
Il se redressait doucement en essayant de ne pas réveiller son amante d’un soir lorsqu’il s’extirpait du lui et pris même soin de remonter les draps jusqu’aux épaules de la jeune femme pour la laisser se reposer encore un peu. Ils avaient peu eu le temps de converser la veille au soir, mais l’ex-champion avait bien compris qu’elle n’était pas pressée alors autant ne pas la réveiller.
Il refermait la fenêtre qui était tout aussi étrangement entre ouverte et surtout trouvant ces coïncidences de plus en plus suspicieuses. Ou alors Drew avait été trop concentré sur sa conquête pour prêter attention aux détails. Boxer et jean enfilé sans un bruit, il descendait à pas de loups les escaliers qui rejoignaient directement sa cuisine, la gueule encore dans le pâté. C’était au moment où il commençait à faire couler du café qu’il sentait une odeur légère, mais dont il ne pouvait pas en connaître la provenance ou ce que ça pouvait lui évoquer. Non, quelque chose clochait vraiment chez lui. Tasse en main, il se dirigeait vers le salon. J’ai dis tasse en main ? Plus pour très longtemps : Son regard venait de se figer sur sa sacoche qui avait habituellement laissée dans la pièce, retournée, une de ses pokéballs ouvertes. Il lachait sa tasse café encore brûlante qui venait s’écraser sur le carrelage dans un fruit de fracas et se précipitait vers son sac, le fouillant sans relâche dans l’espoir de trouver la seconde pokéball qu’il avait emmené avec lui la veille. Aucune trace de celle-ci. Son Lippoutou et son Mr.Mime étaient envolés.

- Merde…!

Avec précipitation il poussait son meuble bibliothèque et soulevait une latte de son parquet pour y trouver la boîte où il avait pris le réflexe de cacher le reste de ses pokémons. Il avait eu un trop mauvais souvenir du jour où on lui avait pris tous ses pokémons car il avait enfreint les règles. Il ne se promenait plus qu’avec un nombre limité de pokémons quand il n’avait rien de spécial à faire. L’homme poussait un soupir de soulagement en comptant ses pokéballs. Mentali, Alakazam, Amagara et Grainipiot. Le reste était encore là, les voleurs ne les avaient pas trouvés. Drew était quand même angoissé a l’idée de ne pas savoir où se trouvaient ses deux premiers pokémons et surtout : Qui les avait pris.
Nozomi… ! Si on lui avait volé ceux qu’ils avaient pu trouver, peut-être qu’on avait aussi volé ceux de la demoiselle. Il ne le lui souhaitait pas du tout mais il devait en être sûr.
Il posait doucement sa main sur le bras de cette dernière et soufflait son prénom pour la réveiller si ça n’était pas déjà fait avec le bruit qu’il avait du faire au rez-de-chaussé.

- Vérifie si tu as tous tes pokémons s’il te plaît.. !

Pendant qu’elle checkait son équipe, le brun allumait la télévision pour vérifier si ça n’était qu’un événement isolé ou si l’APP avaient montés un sale coup. Surtout qu’il ne se cachait absolument pas de prendre parti du côté de la LCP, alors si c’était un coup monté la guerre serait plus que déclarée.

- Iris…

Non, ses craintes étaient infondées cette fois-ci, du moins d’après ce que le porte parole de l’APP semblait indiquer. Drew ne remettait pas trop en doutes ce que son ancienne amie affirmait : Elle avait toujours su dire ce qu’elle pensait vraiment, sans se laisser manipuler par les autres. Il connaissait que trop bien son honnêteté, et leur deux francs parlé avaient été à l’époque la source de leur désaccord. Si ce n’était ni la faute de l’APP, ni celle de la LCP… Alors qui était au centre de cette vaste mascarade ? Les deux ennemis allaient devoir travailler ensemble qu’ils le veuillent ou non, le trésorier en était bien conscient. Son regard était fixé sur les images de foules qui se pressaient vers les commissariats un peu partout dans Kantô et surtout devant le siège de l’APP. Rapidement les gens se faisaient refouler. Les cameramen n’en perdaient pas une miette… Drew coupait sèchement la télévision, finissait rapidement de se vêtir, prêt à décamper. Il n’allait surtout pas rester les bras ballants alors qu’il avait lui aussi été victime des vols.

- Dépêche toi de t’habiller, on va prendre un raccourcis !

Il ne lui demandait pas si elle voulait l’accompagner, il se doutait bien de sa réponse. Elle lui avait marmonné un truc à propos de Lavanville quelques minutes avant. Il dévalait les escaliers pour préparer ses affaires en toutes vitesses et prenait avec lui trois de ses tous premiers pokémons qu’il sentait s’agiter à travers leur pokéballs. Son équipe principale était très soudée, il ne s’imaginait pas partir à la traque des voleurs sans les emmener avec lui.
Il attendait Nozomi pour partir avec elle à l’aide d’Alakazam qu’il fit sortir dès qu’elle le rejoignait.

- Téléporte toi avec elle à Lavanville, revient et téléporte moi à Carmin-Sur-Mer, on va récupérer nos pokémons.

Aussi demandé, aussitôt fait. Alakazam ne se faisait pas prier, comprenant l’urgence de la situation. Il n'attendait pas longtemps avant que son pokémon revienne après avoir emmené la jeune femme là où elle l'avait souhaité et enchaînait avec la téléportation au plein centre des événements. Sur place, il arrivait en plein milieu de la foule agitée. L’Agent Jenny tentait tant bien que mal de calmer tout le monde, avec grand peine. Jusqu’au moment où une voix forte s’élevait, faisant taire la foule en panique.

Population de Kanto, n'ayez crainte, vos Pokémon sont en sécurité ! Pour le bien-être de vos compagnons, nous avons décidé de les emmener dans un endroit où aucun humain ne pourra les capturer, inutile de protester ou d'essayer de vous battre contre nous. Personne ne pourra aller contre la mission que nous nous sommes confiés.

Le champion de Safrania sentait son sang bouillonner en lui, hors de question qu’il laisse faire ce rapt sans rien faire. Il se fichait presque des pokémons des autres, il voulait retrouver les siens ! Inutile de protester ou de se battre, hein ? Ils menaçaient un sourd, là ! Son regard examinait les environs avec attention, essayant de repérer le moindre détail suspect, la moindre personne qui semblait hors de la panique générale. Il remarquait rapidement Iris entrain de parler à l’Agent Jenny et celles-ci se diriger dans l’ancienne arène de la ville.

- Qu’ils aillent se faire voir.

Il se frayait un passage à travers les gens, traçait jusqu’à l’arène. Il devait parler à Iris, rien que pour lui demander de mettre leur rancunes de côté tant qu’une menace planait au dessus d’eux tous sans distinction. Ils se connaissaient bien, il savait qu'elle pourrait au moins écouter ce qu'il avait à lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 27 Mar - 23:58
Invité
Une odeur indescriptible parcourait le petit appartement de Tristan, qui ne parvenait pas à se réveiller ce matin là. D'ordinaire, Plume, la petite Chinchidou, venait le réveiller en lui caressant le nez avec son duvet, mais ce jour là, elle ne le fit pas. Le dresseur ouvrit alors les yeux, il était déjà tard, il devait déjà être levé depuis longtemps pour aller au travail. Il avait jusque là joué la ponctualité pour rester dans son rôle de petit employé modèle.

Et pourtant, aucun de ses Pokémon n'avait été là pour le réveiller, chose étrange, cela n'était jamais arrivé auparavant. L'explorateur, à moitié endormi, s'assit sur son lit en se frottant les yeux. Puis il se força à se lever, à appeler ses compagnes de chaque jour, à chercher leurs Pokéballs, mais il ne trouva rien d'autre qu'une fenêtre grande ouverte, et l'étrange sentiment de s'être fait rouler... On avait kidnapper tous ses Pokémon !

Tous, sauf un : il trouva dans la poche de sa veste en jean la Pokéball d'Isis, la Feuforêve qu'il avait adopté la veille à la pension Mémoires d'Outre-Tombe. Pour le jeune homme, c'était une preuve irréfutable que ceux qui avaient fait le coup s'étaient renseignés sur lui, et lui avaient volé tous les Pokémon qu'il avait répertorié dans son dossier de l'APP. Une vive colère envahit le dresseur qui donna un grand coup de poing dans le mur, ce qui lui fit plus mal qu'autre chose. Il se sentait trahi par les siens, c'était évident, qui d'autre savait exactement le nombre de Pokémon qu'il possédait ? Personne.

Il fouilla dans ses affaires. Il fallait qu'il se déguise, maintenant qu'il ne pouvait plus faire confiance à personne. Il opta pour prendre l'apparence d'un jeune emo, au teint pâle et aux cheveux, et vêtements, noir ébène. Il choisit des lentilles bleues, et d'agrémenter son costume d'un gros casque rouge qu'il portait autour du cou. Une fois méconnaissable, il accrocha sa toute dernière Pokéball à sa ceinture, et sortit de chez lui en direction du siège de l'APP pour demander des comptes à ses employeurs, et surtout qu'on lui rende ses protégées sur le champ.

***

Quand il arriva devant le bâtiment, il s’aperçut qu'il n'était pas seul : une foule dense et apparemment en colère était ameutée devant le bâtiment. A cet instant, le jeune homme comprit qu'il n'était pas la seule victime de cet enlèvement de Pokémon, et sa colère devint de l'incompréhension. Que se passait-il à la fin ?
Sur l'écran géant qui était placé à l’extérieur du QG de l'APP, une jeune femme parlait. Tristan la reconnut aussitôt : c'était Iris ! Elle était en train de faire un discours au nom de l'organisation protectrice des Pokémon :

« Mais je vous assure une nouvelle fois que nous ne sommes pas plus au courant que vous et si les responsables se révélaient appartenir à notre groupe, ils recevraient la sanction qu'ils méritent. »

Tristan essayait de se frayer un passage dans la foule pour pouvoir accéder aux bureaux de l'organisation, mais il se rendit bientôt à l'évidence qu'il ne pourrait pas passer, car l'entrée était bloquée pour éviter que les militants saccagent les bureaux. Pourtant, il devait essayer. Il fallait que le jeune homme parle à Iris, sa grande sœur de cœur, qu'il lui demande si tout va bien, si elle aussi s'était faite enlever des Pokémon.
Toutes ces questions... C'était insoutenable pour Tristan, qui ne pouvait pourtant rien faire de plus.

C'est alors qu'une idée lui traversa l'esprit : il connaissait Iris, en tant qu'ancienne championne, elle n'était pas du genre à rester les bras croisés, même après avoir attisé la colère d'une foule entière. Il décida donc de l'attendre à l'ancienne arène de la jeune femme, car il savait que c'était le premier endroit où elle irait.

Tandis qu'il traçait son chemin à travers la foule jusqu'à l'arène de Carmin-Sur-Mer, de nombreuses autres questions se bousculaient dans sa tête : si l'APP n'était pour rien dans cet enlèvement de masse, qui en était l'auteur ? Comment s'y étaient-ils pris pour que personne ne remarque rien ? Et surtout, est-ce qui allait y avoir une trêve temporaire entre les clans pro et anti combats pour récupérer les Pokémon ?
Une chose était sûre : le jeune homme était prêt à tout pour retrouver ses meilleures amies, y compris à se battre s'il le fallait. Il était plus que jamais déterminé à les retrouver et à les sauver.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 29 Mar - 0:31
Invité

Je me suis loué une chambre à un hôtel à prix modique dans la ville de Carmin-Sur-Mer. Je me suis fais appelé hier dans la soirée pour aller faire une tournée à la pension de cette ville afin de faire un examen général de la santé des pokémons. J’ai décidé de partir tard dans la soirée d’hier pour être prêt dès tôt.

Je me réveillai en sursaut, je ne compris pas ce qu’il se passait, on vient d’entrer dans ma chambre en défonçant la porte. Des gens habillés en noir entrèrent dans ma chambre d’hôtel. Ma belle Evoli qui dormait sur moi sursauta. Elle se redressa sur ses pattes assez rapidement, toisant du regard les intrus. J’avais mis mes pokéballs sur la table près de moi. Je vis un grand blond se diriger directement vers mes pokéballs. Je bondis vers lui pour ne pas qu’il les prenne. Je me fis arrêter et le grand blond m'assaillis un coup de poing bien placé au point que retomba sur le lit, sonné. Je vis une boule brune bondir vers le blond en lui assaillant des étoiles. Je vis Evoli protéger le reste des pokéballs. Alors que le grand blond voulait la frapper. Elle créa une bulle protectrice de couleur turquoise qui bloqua son coup. Avec un cri qui ressemblait à un cri de guerre. Je vis les autres pokéballs s’ouvrir laissant sortir Draco, Abra et Carapuce. Tous m’entourèrent pour me protéger. Moi, je suis sonné, je ne suis pas en état de faire quoi que ce soit.

Je vis la troupe de voleurs prendre fuite. Il manquait deux de mes meilleurs amis : Togékiss et Roigada. Je ressentis plusieurs émotions en même temps : incompréhension, colère, tristesse et impuissance. Pourquoi moi? Draco vint se coller contre moi. Je pris son cou grâce à ma main, collant ma tête contre sa tête. J’ai mal physiquement et psychologiquement. Quoi faire, il faut que je sorte d’ici, mais j’ai mal au visage. J’entendis un grand brouhaha à l’extérieur de l’hôtel, étant près du commissariat de police, je vis une marre de gens mécontents.

Alors que je voulais sortir pour aller rejoindre les gens, je vis une petite serviette au sol qui résidait entre la porte et le couloir. Je le pris et je décidai de le sentir. Mes sens diminuèrent, au point que j'effondrai au sol.

[...]

N’ayant pas prit une grande quantité, je me réveillai après quelques minutes. Mes pokémons étaient tous autour de moi. Je tentai bien que mal de me relever, donc, ils avaient l’idée de me kidnapper aussi? Pourquoi vouloir m’endormir? J’ai l’impression d’avoir la mâchoire déplacé. Je réussie à me lever et me diriger vers la salle de bain. Je pris un linge et décidai de l’imbiber d’eau froide et m’essuyer le visage pour me rafraîchir et à la fois me forcer à me réveiller.

Je revins dans la pièce principale, puis je dis à mes amis :

« On ne peut pas rester ici à ne rien faire...deux amis ont été kidnappés, voulez-vous m’aider à les retrouver? »

Je fus surpris de voir mes pokémons m’entourer et chacun d’eux trouvèrent un moyen pour me serrer contre eux. Une larme coula sur ma joue droite. Je fus touché par cette marque de solidarité. Je les fis entrer un par un, sauf abra et draco. Je déposai ma main sur le serpent aquatique, puis je pris Abra dans mes bras et je lui dis :

« Commençons par le début...est-ce que tu veux nous téléporter près de l’agent Jenny là-bas? »

Dis-je en m’approchant la fenêtre de la chambre et en pointant la policière du doigt. Mon petit Abra hocha la tête et pop, on se fit téléporter tout près de la policière. On se retrouva face à une bande de gens en colère. Puis on entendit :

[Population de Kanto, n'ayez crainte, vos Pokémon sont en sécurité ! Pour le bien-être de vos compagnons, nous avons décidé de les emmener dans un endroit où aucun humain ne pourra les capturer, inutile de protester ou d'essayer de vous battre contre nous. Personne ne pourra aller contre la mission que nous nous sommes confiés. ]

Ces mots me frustrèrent au point que j’aurais ces gens devant moi, je ne me gênerai pas de les tuer à vue. Je suis une personne gentille et attachant, mais je peux être tout à fait le contraire quand on s’en prend à ceux que j’aime. Je montrai la serviette à la policière en lui disant :

« Moi aussi je me suis fais cambriolé, j’ai voulu me défendre, mais comme vous le voyez, je me suis fait battre. Deux de mes précieux compagnons ont été kidnappé. J’ai trouvé ça à l’entrée de ma chambre d’hôtel. C’est du chlorophylle. Celui qui m’a frappé est un homme aux cheveux blonds, mesurant environ un mètre et quatre-vingt-dix centimètres. »

Je lui donnai la preuve, qui sait elle pourrait retirer des empreintes digitales. Je me retirai un peu de la foule, trop de personnes dans un même endroit...ça m’énerve, je n’aimai pas ça.

Je suis mitigé, j’ai le goût de pleurer la disparition de mes amis et de vouloir défigurer ces voleurs. Je vis des gens se diriger vers l’arène électrique. Je vis Jenny y entrer également. Je décidai de marcher vers l’arène. Mais je sentis que je n’étais pas seul dans mes pensées, Abra compris mes attentions et il me téléporta à l’entrée de l’ancienne arène. Tenant dans mes bras l’Abra, comme s’il s’agissait d’un bébé, Draco se colla à moi, puis je décidai d’entrer dans l’arène pokémon, me demandant ce qu’il se passait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 29 Mar - 3:30
Invité
Réveil matin, 9h, je me réveille comme une fleur... et oui la journée s’annonçait joviale et sympathique. à Safrania, il faisait beau. La lumière du jour filtrait à travers les rideaux de ma chambre. J'entendais déjà le bourdonnement de la ville en dessous de mes fenêtres et j'étais de repos ! Ô joie ! J'avais enfin la possibilité de rattraper tout ce temps que j'avais consacré au dernier tournage. Difficilement, je m'extirpais de ma couette adorée et me rendais hagard dans mon salon. Alors que je marchais de façon pataude vers la cuisine, je ne put m’empêcher de constater qu'il faisait frais chez moi. J'avais laissé la fenêtre ouverte cette nuit ? Je me tournais et constatais qu'en effet ma baie vitrée était grande ouverte... Étrange. En général lorsque je fais ça Pyroli, qui dors habituellement dans le salon vient gratter à la porte de la chambre car vous comprenez, monsieur à ses standing de confort et la brise n'en fait pas parti... je lançais alors la machine à café, l'esprit encore embrouillé pour réagir à quoique ce soit.

Ce n'est qu'au moment ou je me dirigeais vers la couchette de Pyroli pour lui donner son pokébloc de vacances que je réalisais enfin que, la raison pour laquelle je n'avais pas eu le droit à un concerto en « griffe majeur » durant la nuit, c'est que Pyroli n'était plus là pour le faire ! Abasourdi je l'appelais aussitôt et à plusieurs reprises. Mon esprit commençait à faire le point et mon sens de l’imagination prenais dangereusement le dessus, m'envoyant des images funèbre de Pyroli allant sur le balcon, faisant une chute, se broyait ses petits os, voir pire encore ! Et si quelqu'un l'avait secouru ? Et qu'il était au centre pokémon en ce moment ? Peut-être sur le point de m'être retiré ! Non non non ! Je ne pouvais pas me permettre de le perdre, pas lui ! Pyroli était mon ami avant d'être mon pokémon, c'était mon tout premier et celui avec qui j'ai grandis.

A ce point là de la matinée, je retournais pour la 4ème fois mon appartement, la panique ayant largement pris le dessus, lorsque l'on frappa à ma porte. Dans le feu de l'action je me précipitais à la porte et l'ouvris, oubliant dans la foulée que j'étais encore en pyjama... vous savez, un short de très mauvais goût mais c'est pas grave parce qu'il est Extra-doux et confortable, ainsi qu'un T-shirt marcel 5 fois trop grand... (même raison que précédent.). C'était mon voisin qui, bien qu'il fut incapable de parler pendant 3 secondes, me détaillant de la tête au pied, fini par me demander si tout allait bien car il entendait tout mon bazar de si bon matin. Fébrile je lui expliqua que mon pokémon avait disparu et que j'étais incapable de le retrouver. Mon voisin pâlit, et me conseilla vivement d'allumer la télé. C'est à ce moment que je compris ce qui se passait réellement. J’allumai mon poste de télé, la main tremblante alors que le visage de Iris Carlysle s'afficha au journal T.V avec la headline défilant en dessous d'elle : « Enlèvement pokémon : un banc des accusé vide. La porte parole de l'APP à réagi ce matin... »

« [...] serait permis une telle chose. Ces enlèvements sont des actes lâches et abjectes, quelque soit les motivations des responsables, aucun droit ne leur était donné de faire cela. Au nom de l'APP je tiens à vous présenter notre soutien le plus sincère. En mon nom propre, je tiens à vous assurer que vous n'êtes pas seuls et que nous nous battrons jusqu'au bout pour récupérer ceux que nous aimons et qui nous ont été enlevés. »

La seule idée qui me vint alors en tête fut d'aller chercher mon téléphone et je commença à appeler l'ensemble de mon répertoire pour savoir si par bonheur ils avaient pu apercevoir mon pokémon. Je m'habilla d'une main, jonglant entre mes vêtements et mon téléphone... bien entendu aucun de mes amis n'avait de réponse positive à me fournir. La plupart me présentèrent des excuses et se sentirent génés de la situation... comme si c'était votre pokémon qui s’était fait kidnapper tiens ! Le poste de police sonnait constamment occupé ce qui était... a vrai dire logique. J'arrivais à court de ressources très rapidement à vrai dire et ça me faisais peur. Je n'avais plus qu'une chose à tenter et dieu m'en soit témoin je n'avais vraiment pas envie de l'appeler « lui » mais je n'avais pas d'autre choix...

La ligne sonna deux ou trois fois avant que je n'entende une voix forte au téléphone. Timidement je lança un « hey papa, dis j'ai un problème. Je ne sais pas si tu as vu les nouvelles mais... oui... hmhm... oui, Voila. Bah Pyroli aussi... hein ? À Carmin ? L'officier Jenny d'accord. Euh bah au revoir... » la communication coupa. « et merci »

Ouais je sais, j'aurais pu être plus enthousiaste mais mon père et moi on est fâché, du genre vraiment fâché. C'est déjà un miracle qu'il ai daigné me parler... Apparemment il avait entendu des rumeurs de la part de l'officier de police d'Azuria qui mentionnait l'agent jenny de Carmin sur Mer qui allait foutre sa carrière en l'air en voulant aider les victimes de ces enlèvement comme moi. Ni une, ni deux, j'étais sorti de chez moi, et pris la route pour rejoindre Carmin-sur-Mer. L'avantage de vivre à Safrania c'est qu'on est pas loin de pas mal de villes de Kanto. Le trajet ce fit relativement vite. J'avais pu prendre une des voitures du studio de cinéma pour pouvoir m'y rendre dans les plus brefs délais.

Lorsque j’arrivais sur place, la foule était dense. Les plaintes fusaient dans tout les sens et au centre de cette masse je distinguais la pauvre officier Jenny quelque peu débordée par tout ce remue-ménage. Je me hâtais dans la direction de cette marée humaine. J'avais décidé d'embarquer avec moi un caméscope qui traînais dans la voiture. Pas du matos pro hein, juste la caméra lambda utilisé pour les repérages de décor ce genre de choses. Je me suis dit que ça pourrait servir. M'improvisant réalisateur, j'avais commencer à filmer en route, une sorte de vlog pour faire le point sur les événement. J'avais sûrement besoin de m'occuper les mains. Difficilement je me frayais un chemin vers l'officier jenny. Après une présentation rapide et de la raison pour laquelle je venais la voir, elle m'indiqua rapidement qu'elle retrouverais quelques personnes à l’arène un peu plus tard et qu'il pouvait l'attendre là. J'osais lui demander alors pourquoi une telle faveur et lorsqu'elle mentionna une dette envers mon paternel, je me raidis. Alors mon père avait prévenu Jenny en avance ? Allait-il s'emparer de l'occasion pour me reprocher une chose dans le futur ? Je l'ignorais et à vrai dire je me faisais pousser par une grosse dame à cet instant et en moins de deux je me retrouvais expulsé.

Toujours confus, je prenais la direction de l'arène et entrait à l'intérieur. En effet plusieurs personnes  s'y trouvait déjà. Je ne connaissais pas les personnes présente si ce n'est les têtes célèbres. Dont celle de Drew qui m'avait déjà fait la tête au carré il y a quelques temps pour une ancienne bricole... l'ambiance était très pesante et je n'osais pas prendre la parole. J'entrepris alors d'attendre patiemment le retour de l'agent Jenny et alla me trouver un endroit au m'asseoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Skye Winter
Dresseur Amateur
Dresseur Amateur
⊱ Messages : 574
⊱ Poké$ : 46544
⊱ Arrivé(e) le : 15/10/2015
⊱ Age : 31
⊱ Localisation : carmin-sur-mer
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Avr - 21:29

    Ce matin-là, lorsque Skye se réveilla, elle sentit immédiatement que quelque chose s’était passé. En effet, son carapuce et son pikachu avait l’habitude lui sauter au cou dès son réveil et là rien du tout ! La blonde se leva en sursaut tout en appelant ses compagnons mais aucune réponse. Elle s’arrêta net lorsqu’elle vit sa fenêtre entrouverte, elle ne l’était jamais. Elle se dirigea rapidement vers son bureau où elle laissait ses Pokéballs…vide…elles étaient vides. La championne reste calme et fit le tour de son habitation, était-ce une petite blague de son Pokémon eau qui adorait plaisanter ? Toutefois, elle ne voyait pas son roucarnage et son leviator le suivre, ils étaient beaucoup trop imposant pour se cacher dans l’appartement. Un texto d’un ami lui annonça la nouvelle, une bande cinglée avait décidé de créer un monde meilleur avec les Pokémon de plus d’une centaine de dresseur voir plus. Apparemment, les vols avaient eu lieu dans tous Kanto, c’était la folie au QG de l’APP, chez la police mais également au sein de la LCP. La jeune femme se changea et prit un bus pour Bourg-Palette, un petit détour de son trajet initiale, car elle avait reçu un appel de l’eleveur du ranch pour lui annoncer qu’elle pouvait aller chercher le pokémon qu’elle avait commandé. Un petit Evoli l’attendait, un pokémon qu’elle avait toujours voulu capturer mais il était rare à trouver et depuis l’interdiction des captures, beaucoup de Pokémon était devenu encore plus difficile à trouver. Une fois son nouveau compagnon récupéré, un ami qui avait toujours son Dracaufeu lui prêta pour qu’elle puisse se rendre à Carmin-sur-Mer le plus vite possible.

    Une fois sur place, elle put constater que la colère et la panique avaient envahi les lieux. L’APP avait beau fait son petit discours, beaucoup restait devant son siège pour avoir une explication. Skye ne savait pas trop quoi penser de cette histoire, elle ne les voyait pas faire ce genre de chose mais peut-être qu’elle les avait mal jugé ? Elle ne resta pas dans le coin car elle savait que cela ne servirait à rien, ses collègues de la LCP l’ayant rejoint, il fallait faire quelque chose. Heureusement pour eux, l’agent Jenny de la ville était de leur côté ainsi qu’Iris, l’ancienne championne de Carmin-Sur-Mer qui leur prêta les clés de son ancienne arène. Il était évident que les rancunes devaient être mis de côté mais si Skye avait la preuve que l’APP était au courant même un peu, elle le ne les raterait pas. Une fois dans l’arène, Skye se mit dans un coin, attendant patiemment pour prendre la parole mais il fallait attendre encore un peu, ne sait-on jamais si d’autres viendrait les rejoindre.


Δ You think you'll win, but soon you'll see
You may beat some, but you can't beat me

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 6 Avr - 23:33
Invité

We're all in this together

Tout avait pourtant si bien débuté, la veille au soir. Alors qu'elle vaquait à ses occupations, elle avait été abordée par Drew, elle ne se souvenait même pas pour quelle raison, elle avait simplement bloqué quelques minutes. Drew et Nozomi, c'était une histoire un peu... Houleuse. La jeune femme ne supportait pas son côté imbu de lui même, elle l'avait souvent vu lors de ses combats et elle trouvait qu'il poussait beaucoup trop ses pokémons - la jeune femme avait réellement horreur de ces dresseurs qui ne savent pas s'arrêter, qui combattent jusqu'à affaiblir leur pokémon au point de devoir faire un tour au centre pokémon pour qu'ils se reposent convenablement. C'était ainsi qu'elle voyait Drew. Un combattant de qualité mais avec des manières que l'ancienne championne ne pouvait cautionner. Ils ne se connaissaient pourtant pas en tant que champions, ils s'étaient affrontés une fois lorsque Nozomi eut gagné son badge marais mais ne s'étaient jamais recroisés depuis. Elle attendait, tendue, le moment où il allait la reconnaître, puisqu'en tant que Louise le moins que l'on pouvait dire c'était que leurs échanges étaient plutôt musclés. Pourtant, Drew ne l'avait pas reconnue, et bien que légèrement vexée elle avait su se jouer de lui. Si au début elle voulait cruellement se moquer de lui, elle avait fini par s'adoucir au fil de la soirée, jusqu'à en arriver à quelque chose qu'elle n'avait réellement pas prévu : finir dans son lit. Bien sûr, ce n'était pas un secret, Nozomi aimait les hommes et elle ne se privait jamais de flirter avec eux, elle aimait avoir le contrôle et attirer entre ses draps les hommes qui lui plaisaient, et pourtant elle n'avait jamais envisagé quoi que ce soit avec cet homme qui l'exaspérait lors des matchs illégaux.

Surprise, elle avait d'ailleurs passé une nuit divine, Drew s'était avéré être un excellent amant. Elle n'avait pas eu le courage de lui avouer son identité, elle préférait largement ses manières gentleman qu'il avait avec elle sous les traits de Nozomi plutôt que sous Louise.

Oui, les choses avaient bien commencées, et pourtant... Rien n'annonçait que cette nuit là, après que les deux amants aient sombré dans un sommeil salvateur enlacés entre les draps, quelqu'un s'introduirait dans l'appartement de l'ancien champion de Safrania pour y dérober tout ce qu'il y avait de plus précieux dans ce dernier...

Aux lueurs de l'aube, la belle blonde s'était éveillée difficilement. Son sommeil avait été profond, bien trop profond et l'odeur qui flottait dans l'air ne lui était pas étrangère, pourtant elle ne parvenait à mettre un nom dessus. Gardant les yeux clos, elle senti Drew se lever près d'elle. Des images mentales de leur nuit lui revint à l'esprit et elle se sentit immédiatement coupable de s'être joué de lui de cette manière. Elle secoua la tête, toujours à demie endormie. Après tout, ce qui était arrivé était arrivé, peu importait la manière dont les choses s'étaient déroulées, il y avait aucune chance qu'une histoire d'amour naisse entre eux alors elle n'allait pas culpabiliser pour un plan d'un soir. Elle s'étira longuement dans le lit lorsqu'un bruit de céramique qui se brise la tira de ses pensées. Elle bougonna des mots incompréhensibles en se retournant. Elle voulait profiter encore quelques minutes de ce calme, mais pourtant elle fut rapidement rejointe par le jeune homme qui tentait de la réveiller. Frottant ses yeux, elle se redressa et se mis en position assise. Le draps glissa sur sa peau nue et découvrit sa poitrine alors qu'elle regardait le visage de Drew. Il ne l'avait surement pas sollicité pour un second round, il avait l'air tendu. Fronçant les sourcils devant la requête de celui ci, elle ne bougea pas.

« Pourquoi ? Qu'est ce qui se passe ? »

Elle n'eut pas à attendre longtemps pour comprendre, puisque le jeune homme alluma la télévision rapidement sans lui répondre. A la télé, une jeune femme que Nozomi ne connaissait que trop bien. Elle eut un relent de dégoût en voyant Iris jouer la porte parole de l'APP mais elle déchanta très vite lorsqu'elle compris la raison de ce flash spécial : des dresseurs s'étaient vus dépouillés de leurs pokémons durant la nuit, et à la manière dont avait réagi son amant d'un soir, l'appartement de Drew avait été visité. Se sentant soudainement parfaitement réveillée, elle ne prit même pas la peine de s'habiller et sauta du lit pour fouiller son sac dans lequel étaient normalement rangées les pokéballs de ses fidèles pokémons. Son coeur manqua un battement lorsqu'elle découvrit avec effroi que ce dernier était vide. Complètement vide, ils n'avaient même pas laissé les pokéballs. L'espace d'un instant, Nozomi eut un beuf. Son cerveau se figea, sa respiration également. Et l'instant d'après, elle pris conscience que quelqu'un lui avait volé ses pokémons. Tous ses pokémons. Ils avaient osé lui voler Karya et... surtout...

« Méphisto !!!! »

Elle avait hurlé le nom de son pokémon. Le fait était que malgré tout l'amour que Nozomi éprouvait pour l'intégralité de ses pokémons de type feu, il y en avait 2 qui comptaient pour elle d'avantage que les autres. Evidemment, elle avait du ruser pour que les gens ne fassent pas la liaison entre elle et ses pokémons sous Louise ou Nozomi. Ainsi, lorsqu'elle était Nozomi, en public - en public important - la belle feunarde - Karya - restait dans sa pokéball, tendis que lorsqu'elle était Louise, c'était son imposant typhlosion - mephisto - qui restait dans sa pokéball. Méphisto, c'était l'emblème de l'ancienne championne, il l'avait suivie depuis Johto, c'était son premier pokémon et quelqu'un l'avait enlevé. Sa fureur était telle qu'à cet instant, elle eut un accès de rage immense qui lui donna une furieuse envie de casser quelque chose. Ce n'était pas très féminin, et pourtant il fallait qu'elle évacue sa rage. Elle colla son poing dans le premier truc qu'elle vit : un miroir, qui vola en mille morceau devant le regard de Drew. Nozomi avait le poing en sang, et pourtant elle s'en moquait. Elle avait mal, mais cette coupure ne saignerait et ne lui ferait jamais aussi mal que son coeur à l'heure actuelle. Sans un mot, elle s'empara de ses affaires et s'habilla le plus rapidement qu'elle le pu. Elle ne pris même pas la peine de se doucher, l'hygiène était devenue bien futile pour elle. Dans l'armoire de la salle de bain, elle trouva une trousse de secours qu'elle ouvrit rapidement pour soigner négligemment ses coupures. Puis, elle rejoint Drew en bas. Elle sorti de sa poche quelques billets.

« Tiens... Je suis désolée pour le miroir, tu n'auras qu'à en racheter un avec ça. »

Il ne lui demanda pas de venir avec lui, mais il lui raconta qu'il devait se rendre à Carmin-sur-Mer, visiblement les dresseurs en colère s'y étaient réunis. Certes, elle comptait évidemment s'y rendre également, mais elle avait tout de même une idée en tête : elle connaissait une pension sur Lavanville qui possédait quelques pokémons intéressants, dont des petits malosses originaires de sa région natale. Elle avait, depuis quelques temps déjà, l'intention de s'en procurer un, et cet événement la fit se décider : elle allait retrouver ses pokémons, elle allait retrouver ces criminels, et elle allait leur faire payer. Et pour cela, il lui fallait un nouveau compagnon. Drew fit sortir un alakazam de sa pokéball et lui donna ses instructions. Elle n'avait pas pensé à la téléportation, mais elle le remercia : cela allait lui faire gagner un certain temps. Elle pris cependant quelques secondes pour embrasser Drew sur la joue, même s'ils l'oubliaient devant la situation actuelle, ils avaient passé une nuit des plus torrides.

« Merci pour cette nuit... On se retrouvera surement à Carmin-sur-Mer. A tout à l'heure ! »

Et elle disparu avec Alakazam. La téléportation était vraiment fascinante, elle raparu immédiatement à l'endroit voulu, et alakazam disparu de nouveau. Prodigieux, quel dommage qu'aucun pokémon de type feu ne soit capable de faire ça...

Elle se dirigea très rapidement vers l'élevage des murmures d'outre tombe, elle ne comptait pas s'éterniser. Elle entra précipitamment, et tomba sur une éleveuse au bord de la panique : eux aussi avaient été visités durant la nuit. Nozomi expliqua ce qu'elle recherchait, elle n'avait pas de temps à perdre. L'éleveuse sorti immédiatement de son coffre une pokéball, assurant à Nozomi que c'était le pokémon qui lui fallait mais comme il était très rare, il était également très cher. Elle semblait d'ailleurs soulagée que les voleurs n'aient pas trouvé ce protégé lors de leur descente dans la pension. Se demandant ce qu'il avait de particulier, Nozomi fit sortir le pokémon de sa pokéball et ne put contenir un cri de surprise. Le malosse, qui aurait normalement dû être d'un noir intense, avait un pelage d'un bleu éclatant, il scintillait... Un pokémon chromatique. L'éleveuse avait raison, il était incroyablement rare et les yeux de Nozomi se mirent à briller à l'image de ce merveilleux pokémon. Oubliant un instant la situation, son âme de championne fut comblée : elle aimait plus que tout les pokémons feu, et les pokémons rare. Il était de notoriété publique que le grand rêve de Nozomi était de réussir à capturer un jour le légendaire Entei. Ce malosse n'était peut être pas légendaire, mais il était rare malgré tout. L'argent n'avait jamais été un problème pour Nozomi et elle fit immédiatement un chèque à l'éleveuse avait de remettre le malosse dans sa pokéball et de sortir de la pension. Il était hors de question d'attirer la convoitise sur son malosse, elle refusait qu'on lui pique celui ci aussi.

Regardant aux alentours, Nozomi aperçu un dresseur qui devait avoir la trentaine qui était en train de préparer son dracolosse en lui parlant. S'approchant de lui, Nozomi entendit ce qu'il disait à son pokémon :

« Allez Dracky, ne t'inquiète pas on va les retrouver, on va aller les chercher... »

Comprenant que cet homme était dans la même situation que la jeune femme, Nozomi aborda le jeune homme d'une voix assurée.

« Excuse moi, tu te rends à Carmin-sur-Mer ?
- En effet, pourquoi, tu veux que je t'y dépose ma belle ?
- Si ça ne t'ennuie pas... Mes pokémons ont été volés et je dois...
- Toi aussi ??? C'est ouf ils ont vraiment touché toute la région avec leurs enlèvement. Monte ma belle, on décolle ! »

Ne se faisant pas prier, Nozomi remercia le dresseur qui l'aida à prendre place sur le dos du dracolosse, et celui ci se plaça devant elle. L'ancienne championne dû se cramponner pour ne pas choir lors du décolage, mais elle fut réellement surprise de la rapidité avec laquelle ils étaient arrivés à Carmin-sur-Mer. Lorsqu'elle aurait récupéré ses bébés, elle devrait réellement faire évoluer Samain en Dracaufeu.

Remerciant une dernière fois son pilote, elle coura directement vers l'arène de Carmin-sur-Mer, presque instinctivement. Elle savait que Iris ne laisserait jamais passer ça, malgré ses avis extremes concernant les combats. Nozomi s'était forcée à ne pas repenser à elle, elles avaient été de vieilles amies, presque des soeurs, elles avaient la même passion et se ressemblaient bien plus qu'elles voulaient bien se l'avouer. Et comme Nozomi, elle chercherait à récupérer les pokémons volés, même si elle n'était pas concernée. La belle blonde espérait pour son ancienne amie qu'elle n'avait pas été volée... Car elle savait parfaitement que, comme elle, sa fureur n'aurait aucun égal. Nozomi fronça les sourcils... Elle avait donné à ses pokémons male le nom des princes de l'enfer, et le ciel lui en était témoin, les ravisseurs de pokémons n'auraient aucun refuge à sa fureur. Pas même en enfer, justement.

Elle pénétra dans l'arène, et fut choquée du nombre de dresseurs ayant eu la même idée qu'elle. Un regard circulaire suffit pour qu'elle reconnaisse plus d'une tête connue. Iris, d'ailleurs, était là. Elle discutait avec Drew et Nozomi eut un relan de jalousie. C'était une petite manie pour la jeune femme, elle aimait que les hommes avec qui elle passait la nuit n'aient d'yeux que pour elle durant plusieurs jours, comme s'ils avaient vécu un instant quasi mystique au point de n'avoir cure des autres femmes quelques temps. Pourtant, Drew semblait connaître Iris puisqu'ils avaient l'air en conversation importante. Refusant de laisser sa personnalité un peu trop égocentrique empiéter sur l'urgence de la situation, Nozomi préféra se diriger vers la dernière personne qu'elle aurait souhaité voir là : Skye Winter, l'ancienne championne de Jadielle. Skye et Nozomi avaient beau se chercher des poux dans la tête régulièrement, une profonde amitié les liait et l'ancienne championne de Cramois'île était triste pour elle qu'elle ait été victime de vol elle aussi. Skye était d'ailleurs la seule personne à connaître la double identité de Nozomi, et elle ne l'avait jamais trahie. Se dirigeant vers elle, elle la pris spontanément dans ses bras.

« Oh non Skye, me dis pas que toi aussi on te les a pris... Karya... Nell... Mephisto... Samain... Azphel... Ils me les ont tous pris. Je jure devant Arceus que ces fils de chiens vont payer. Je vais les buter, et à mains nues ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 19 Avr - 18:01
Invité
Monsieur Waltz n’était pas un homme aux penchants tendres et aimants surdéveloppés… Monsieur Waltz n’était ^pas non plus un affreux bonhomme sans cœur, loin s’en fallait. Il était en fait sans doute l’un des hommes les plus pragmatiques de la terre… pour avoir réussi à éclipser la team rocket, leur avoir volé tant de parts de marché noir, pour lui avoir ravi son rang d’organisation clandestine la mieux développée du pays, il fallait reconnaitre qu’il avait fallu jouer les choses intelligemment. Il avait mis à genoux beaucoup de rivaux et en avait encore plus convaincu de se ranger sous sa bannière Il avait réussi à se hisser au sommet officiellement et non officiellement, et avait même eu un article consacré à sa, je cite, « aussi bien remarquable que géniale ascension » dans le Forbes Pokémon. Bref, il n’était pas homme avec qui il fallait jouer des jeux avec de lourdes conséquences… comme le coup qui nous intéresse…

Gabriel Waltz s‘éveilla au son de la radio de son réveil. Il était environ cinq heures et demi… il avait une journée très lourde en trajet mais peut être trouverait-il du temps pour faire un petit tour avec ses Pokémons pour se détendre – et enfin réussir à calmer cette garde de Ponyta !  Bref, une journée qui était à l’image de beaucoup d’autres, il fallait le reconnaitre Mais cela n’empêchait pas qu’elle pouvait bien se passer… il se leva et prit une longue douche écossaise, c’était bon pour la peau, bon pour la santé, en bref, il fallait bien ça, suivait un petit déjeuner copieux bourré de vitamines et qui contenait entre autres des œufs, de la charcuterie, et autres bonnes choses, accompagné d’un thé fort et bien amer qui le mettait de bonne humeur. Il finissait souvent sur son balcon avec quelques tranches de pain noir généreusement beurrées en regardant sa vue avant de finalement ne se saisir de sa ceinture à laquelle étaient accrochées des pokeballs. Il les portrait ouvertement mais hormis certains, il ne les sortait pas fréquemment…

Mais voilà le problème. Pour se saisir des pokeballs il devait ouvrir un coffre-fort derrière la télévision… hors, quand il ouvrit le coffre-fort… les pokeballs n’y étaient plus !  Enfer et damnation ! Il commença à retourner tout l’appartement ^pendant presque une heure et demie avant de se rendre à l’évidence : elles avaient disparu ! Re-enfer et re-damnation ! Il soupira et écouta la radio… quelque chose le tint ainsi… apparemment beaucoup de Pokémons avaient disparus et avaient été volés… il n’eut qu’un seul réflexe :  décrocher son pokématos clandestin et contacter Mila. Il lui ordonna de mener son enquête et de trouver les responsables, il n’accepterait aucune excuse, et si elle échouait, il l’écorcherait vive, au sens propre… de bon matin, cela réveillait… et il promit de le faire très lentement... et pour les voleurs, ce serait pire, infiniment pires, et même la police ne l’arrêterait pas.

Vous l’en croyez incapable ? Et pourtant…

Bref… il se dirigea à toutes bringues vers le centre Pokémon de Safrania pour aller chercher ses Pokémons, d’autres du moins, en profitant donc pour retirer Cabriolaine, Fantominus, et Tentacruel. Il lui restait aussi un Magnéti, mais c’était un cadeau pour Iris, alors il n’allait pas le prendre pour se battre, sait-on jamais que ça aille trop loin, mais il le prit aussi, pour une autre raison, au cas où Iris se soit faite aussi enlever ses Pokémons… il soupira et se dirigea de nouveau vers chez lui quand l’annonce retentit le voleurs… hum… d’accord… et bien il savait désormais à qui faire payer ça… il soupira avant de rappeler Mila pour l’orienter selon l’annonce, elle était déjà au travail. Brave petite bien sûr ! elle ne ménagerait spas ses efforts. Et le mieux là-dedans ? Ce ne serait pas par peur du gendarme !  Voilà qui était très appréciable, n’est-ce pas ?

Il comptait repartir quand il entendit que l’APP avait décidé de donner une conférence de presse. Quelle ne fut pas sa surprise de voir Iris… quoique non, en fait ce n’était pas complètement stupide il avait déjà initié la jeune femme aux conférences de presse, notamment à ses côtés… elle ne se débrouillait pas mal… peut être la débrieferait après cette histoire à ce sujet ? Oui, enfin bref, ils verraient. Il se décida donc à se rendre à Carmin sur mer… fort heureusement, même si ce n’était pas à dos de Ponyta, il lui restait toujours la possibilité de s’y rendre via les chemins à dops de Cabriolaine… … … paye ta classe, mec…

Mais avant de partir il ordonna quelque chose de tout simple, parce qu’il était incapable de ne pas jouer plusieurs tableaux en même temps. Il allait récupérer ses Pokémons, et il allait se faire une publicité du tonnerre de dieu au passage. Il contacta son service marketing et leur ordonna de lancer ce qu’il appelait le « plan d’urgence ». En fait, en cas de catastrophe majeure, il avait conçu un plan d’action où au final, il sponsorisait ceux qui aidaient à rétablir les choses… notamment avec son eau mais aussi avec des kits de survie et autres… pas mal comme idée, non ? Il ne restait plus qu’à placer le Food truck à carmin sur mer, ce qui serait, lui promit-on, chose faite quand il arriverait ! Tout simplement. Il sourit et attendit un peu avant d’entamer son trajet.

Finalement, quand il arriva à Carmin sur Mer, il ne fut pas étonné de voir le monde réuni, mais par contre il fut forcé de recontacter son service logistique pour prévenir qu’il allait falloir revoir les dépenses à la hausse, chose qui ferait perdre des profits, certes, mais qui ferait surtout gagner de la popularité, et une très bonne publicité à l’entreprise. Ensuite, il fallait trouver deux choses : d’abord contacter Iris et l’agent Jenny, et ensuite contacter les responsables de la ligue qui étaient présents, notamment, les anciens champions d’arène, en particulier, cette miss… son nom c’était quoi déjà ? Ah, oui, Mademoiselle Winter. Elle était venue le voir pour des histoires de soutien et il se disait que justement pour le coup, il allait la soutenir… Il se dépêcha de se rendre jusqu’à Iris, coup double elle était avec l’agent jenny… mis il voyait déjà quelqu’un qui s’apprêtait à lui parler… il n’allait pas interrompre une charmante conversation… oh et puis rien à foutre ! Il continua à se diriger vers la jeune femme arrivant à son niveau il serra la main de l’agent Jenny avant de finalement faire un simple signe de tête et lui faire signe qu’il voulait lui parler, mais il ne pouvait s’attarder auprès de personne… il y avait un peu de relations publiques à faire, il reconnut dans un coin mademoiselle Winter et Mademoiselle Stark, anciennes championnes toutes les deux… un peu de tenue, voyons… enfin bon, on ne pouvait pas empêcher le miel de couoler dans le monde bisounours de la ligue ù les combats de Pokémons devaient être complètement laissés comme si de rien n’était, le massacre de Pokémons pendant un combat ? Voyons, ça n’existait pas !  Enfin bref, dans ce monde où on se voilait la face, faire des calinoux comme ça devait être normal… tout comme une bonne dose d’herbe avant et après la bataille sans doute ?
Du mauvais esprit ? Oui, et alors ?

Il s’éloigna d’Iris non sans capter son regard, lui lancer la pokeball du Magnéti, en cloche, et lui faire un clin d’œil. Il lui expliquerait plus tard… et oublions cette idée pour un cadeau plus conventionnel, d’accord ? Certes, il avait imaginé un peu mieux comme situation pour lui donner son cadeau. Mais le pragmatisme avait raison…

Il se dirigea donc vers le duo flower power ! Il hésita un instant à faire le signe peace & love de la main mais il se retint, pas de frictions inutiles, d’accord ? Alors on va éviter… ouais, préférable !  Il sourit et regarda la jeune femme qu’il avait déjà rencontré, et ensuite l’autre qu’il ne connaissait que de nom, la remplaçante de son vieil ami Auguste… enfin bon, passons… elle lui semblait par contre un brin familière ? Pourquoi ? Bonne question…

« Mademoiselle Winter, vous souvenez-vous de moi ? Gabriel Waltz. »

Il tendit la main pour qu’ils puissent avoir des salutations en bonne et due forme avant de finalement se tourner vers la deuxième ; et refaire le même geste.

« Pardonnez moi si je me trompe… mademoiselle Stark je présume ? Ravi de vous rencontrer, même si j’aurai préféré de bien meilleures circonstances à cela… »

Il leur sourit mais il avait la mine basse et l’œil grave… il ne dit rien à part juste deux mots.

« Vous aussi ? »

Pas besoin d’en dire plus… Il resta silencieux un peu avant de finalement reprendre la parole d’un ton las…

« Vous êtes arrivées il y a longtemps ? Que s’est-il dit depuis ce matin ? Laissez-moi deviner… oui, on veut nos Pokémons, non, on ne veut pas que l’APP s’en mêle, oui, on veut collaborer, mais… Bla bla bla… ça n’avancera pas cette histoire… peut être pourrions-nous réunir ceux qui dont déjà prêt à partir en chasse… »

Son regard se fit dur comme l’acier trempé. Il s’agissait exactement de cela : une chasse à l’homme.

« Mais si je chope le coupables… »

C’est à ce moment que les employés de l’entreprise de Gabriel débarquèrent, proposant rafraichissements ou boisson chaudes comme des serveurs au milieu des gens, avec une délicatesse adéquate à la situation… et voilà, il venait de commencer à faire sa pub en toute discrétion…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Métamorphe
Compte fondateur
Compte fondateur
⊱ Messages : 1
⊱ Poké$ : 3105
⊱ Arrivé(e) le : 10/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Mai - 17:10

We're all in this together

Agent Jenny


Jamais encore Jenny n'avait été autant en colère de toute sa vie. Non seulement un groupe d'extrémistes que l'on pouvait qualifier de criminels se lançaient dans une campagne d'enlèvements des pokémons, mais en plus, ils s'en étaient pris aux autorités. Soupirant, elle passa sa main sur son visage. Tortank... Ils avaient dérobés l'unique pokémon de l'agent, et cette dernière ne savait réellement comment réagir. Elle n'avait pas à prendre position dans les pro ou anti combat, une loi avait été votée et son rôle de policière lui imposait de la faire appliquer. Pourtant elle n'avait encore jamais été touchée d'aussi prêt par une action au nom de l'APP, et selon elle c'était inadmissible. Partagée entre son amour pour son Tortank et son sens aigu de la justice, elle avait finalement décidé de laisser temporairement de côté sa fierté d'agent de police et avait décidé de créer discrètement un escadron spécial de civils afin de retrouver les malfaisants et récupérer les pokémons dérobés. Le commissariat de Carmin-sur-Mer avait été pris d'assaut par nombre de citoyens en colère, et elle avait trouvé ses collègues bien trop passifs devant l'ampleur de la situation.

Mais comment faire pour réussir sa mission sans risquer son emploi et sa liberté ? Comme pour lui répondre, l'ancienne championne de l'arène de la ville lui avait discrètement transmis les clés d'un souterrain méconnu de l'établissement officiel. Bénissant mademoiselle Carlysle, elle avait fait courir discrètement la rumeur que quelque chose d'important se déroulerait dans l'arène électrique, et que les citoyens étaient invités à s'y rendre en tâchant d'être discrets. Forcée de constater que la discrétion n'avait pas réellement été maître mot pour la population en colère, Jenny avait cependant été soulagée de constater que ses collègues étaient trop occupés à gérer l'assaut continuel du commissariat pour s'apercevoir de l'intérêt soudain que l'arène pouvait récolter. Ainsi, en une heure de temps, la grande pièce était remplie d'hommes de femmes, de tout un tas de personnes si différentes et pourtant unies pour une même cause. Se frayant un chemin jusqu'à l'entrée de l'arène, l'agent ferma les portes à clé et monta sur un piédestal de fortune réalisés avec les vestiges d'une ancienne poubelle et donna un coup de sifflet pour attirer l'attention des citoyens. Une fois le silence retrouvé, elle prit alors la parole.

« Peuple de Kanto, je vous remercie de votre présence et je suis heureuse de constater que nombre d'entre nous sommes prêts à bouger de notre petite vie pour combattre le crime. Je suis simplement navrée que cela soit dans une situation aussi dramatique. Si vous êtes ici, c'est que vos pokémons vous ont été enlevés. Je ne peux vous promettre que nous retrouveront nos compagnons, mais je puis vous jurer que nous ferons notre possible pour arrêter ce groupe d'extrémistes. La police de Carmin-sur-Mer est débordée, mais je refuse de rester bras ballants devant un tel acte. J'implore donc votre aide et coopération afin que nous puissions être efficaces, je suis prête à aller au delà de mes principes pour vous, pour moi, pour nos pokémons innocents. Mademoiselle Carlysle nous offre généreusement l'accès aux sous sols de l'arène pour nous servir de quartier général de notre escadron spécial. »

Elle marqua une pose, accordant un regard appuyé et un signe de tête à l'ancienne championne de Carmin-sur-Mer tandis que de faibles et timides applaudissements s'élevaient ici et là dans la pièce.

« Je pense que nous devons dès à présent nous mettre au travail. Je vous propose de réaliser des binomes, de cette manière nous pourrons nous donner des missions afin de nous faire avancer dans notre enquête pour retrouver nos pokémons. »

Jenny forma donc des groupes de deux comme annoncé, ne demandant pas réellement les affinités de chacun, trop occupée à vouloir faire au plus vite.

Mise en situation

▬ Après avoir retrouvé certains de vos amis/ennemis, l'agent Jenny vous interrompt et vous vous taisez, écoutant attentivement ses instructions.

▬ L'agent vous place par deux, vous ne pouvez pas choisir choisir votre binome.

▬ Vous échangez quelques mots avec votre binôme, impatient de connaître quel sera votre mission, vous attendez que Jenny reprenne la parole.

Marche à suivre

▬ Votre binome sera tiré au dé. Dans l'ordre de votre tour de jeu, vous allez devoir faire un jet de dé en suivant les instructions données dans le sujet des lancés de dé et le prendre en compte dans votre réponse
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 2 Mai - 21:09
Invité
Remettre les pieds dans son ancienne arène emplit Iris de sensations étranges et contradictoires. Nostalgie, écœurement, colère, tout se mélangeait dans son esprit pour ne formait qu'un fouillis innommable. Son ancien foyer s'emplissait peu à peu, à une vitesse déconcertante qui donnait le tournis à la jeune femme. Elle n'imaginait pas que l'affaire puisse prendre une telle ampleur. Elle offrait son aide comme elle pouvait à l'agent Jenny mais les deux femmes étaient bien vites harcelées de toutes parts, Iris n'avait même pas le temps de chercher des visages familiers dans cette cohue. Amis ou ennemis, il semblerait que tous aient accepté son invitation de bonne ou mauvaise grâce. Mais il n'était pas l'heure de réveiller les rancunes qui avaient pu éloigner les uns et les autres, ils étaient ce jour-là unis dans un même combat. D'ailleurs, elle reconnut la silhouette de Drew s'approcher d'elle. Son cœur rata un battement quand elle comprit que c'était précisément elle qu'il cherchait à approcher. « Salut. » commença-t-elle d'une voix blanche. « Toi aussi ? J'en suis vraiment navrée Drew, sincèrement. Et tu dois me croire nous n'y sommes pour rien ! Si je mets la main sur ses enfoirés...je les étripe... Et je réserve le même sort à ceux qui oseront me pointer du doigt. » ajouta-t-elle les dents serrées. « Les tiens ont tous disparu aussi ? Bordel. J'y crois pas, c'est un cauchemar. » Elle passa une main sur son visage inquiet comme si elle essayait de remettre ses idées en place, comme si elle cherchait à sortir de ce mauvais rêve. Sa conversation avec Drew et l'agent fut bientôt interrompue par un petit objet qui atterrit dans sa main. Lorsqu'elle reconnut avec stupéfaction une Pokéball et le Magnéti qui en sortit, elle chercha le responsable de ce cadeau providentiel. Le clin d’œil de Gabriel la laissa bouche-bée, incapable d'ajouter autre chose qu'un « Bordel de merde. » à peine audible. Cet homme était complètement fou, songeait-elle avec un sourire déconcerté qu'elle lui adressa d'ailleurs, les yeux pétillants sous le coup de la surprise. Fascinée par la petite créature qui lui faisait désormais face et qui lui mettait un peu de baume au cœur, elle se résigna cependant à la remettre dans sa Pokéball, sa présence ne faisant qu'accentuer davantage l'absence de tous les autres. Du coin de l'oeil, elle aperçut Gabriel se dirigeait vers le groupe formé de ses anciennes camarades championnes. Camarades qui ne l'étaient plus tant que ça. Etait-ce pour cela qu'elle sentait naître en elle une pointe de...jalousie ? Cette idée était ridicule et la situation était tellement critique qu'elle ne prit pas la peine d'analyser davantage cette drôle de sensation.

Et alors qu'elle s'apprêtait à reprendre sa conversation initialement débutée, elle découvrit avec stupeur que Jenny venait de la quitter pour la laisser en tête-à-tête avec Drew. De plus en plus charmant... La policière venait de s'élever sur une estrade de fortune afin d'attirer l'attention de l'assemblée et commençait un discours où elle n'avait rien trouvé de mieux que d'adresser des remerciements à son ancienne camarade pour le prêt généreux de son arène. De mieux en mieux... Iris fit de son mieux pour ne pas prêter attention ni aux applaudissements timides ni aux rictus railleurs. « Si ça ne leur convient pas, qu'ils aillent se faire foutre. » cracha-t-elle entre ses dents en oubliant la présence du champion de Safrania à ses côtés. Elle glissa un regard mi-inquiet mi-amusé dans sa direction avant de retourner son attention vers Jenny qui venait d'émettre l'hypothèse de former des groupes.

L'idée de se séparer lui paraissait excellente, elle savait que cela permettrait à tous de s'investir mais également d'être plus efficace sur le terrain et ainsi de retrouver plus rapidement leurs chers petits disparus. Mais malgré elle Iris n'était pas en confiance. Elle pouvait se retrouver avec Gabriel ou Tristan, ce qui l'enchantait d'avance. D'un autre côté faire équipe avec Nozomi, Skye ou Drew l'angoissait au plus haut point. A choisir, mieux valait se retrouver avec un parfait inconnu. Ce fut exactement ce qui se produisit. Jenny lui présenta un jeune homme de haute stature, encore en retrait quelques instants auparavant. « Salut. Iris Carlysle, enchantée. Enfin, j'aurais préféré qu'on se rencontre dans d'autres circonstances. » ajouta-t-elle en se forçant à adresser au jeune homme un bref sourire pour masquer l'angoisse qui l'assaillait. « Il...il t'en manque beaucoup ? » commença-t-elle sans oser prononcer le tragique nom de Pokémon. Entre ses doigts, elle sentit la Pokéball de Magnéti frémir. Au moins n'avait-elle pas tout perdu mais en l'absence des ses compagnons d'aventure, la petite créature ne faisait qu'accentuer le trou béant qui commençait à creuser sa poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 9 Mai - 13:04
Invité
L’arène se remplissait à bonne vitesse d’une tripotée de dresseurs motivés à retrouver leurs pokémons volés. Pour une fois qu’un évènement rassemblait tout type de personnes peu importait leur opinion politique, il avait fallu que ce soit dans ces difficiles circonstances… L’ambiance lui rappelait funestement un enterrement : Quels qu’aient été les différents des uns et des autres, le temps de quelques heures ils étaient mis entre parenthèse.
Drew slalomait entre les groupes de personnes qui discutaient vivement entre eux, certains se demandant ce qui allait advenir de leurs compagnons disparus, d’autres n’arrivaient pas à retenir leur colère. Lui voulait simplement apporter son soutient neutre à la porte parole de l’APP, même si tout le monde savait ô combien il pouvait ne pas être en accord avec leurs idéaux. C’était Iris. Iris et lui n’étaient pas de simples inconnus. Quitte à agir comme lors d’un enterrement, autant faire ça bien.

Leur regards se croisaient d’abord, entre étonnement et soulagement. Tous deux semblaient ne pas savoir comment initier le temps de parole court qu’ils avaient l’occasion d’avoir entre deux anciens amis, nouveaux rivaux. Collaborateurs exceptionnels de circonstances.
Et puis la jeune femme osait, d’une manière maladroite mais qui arrivait à consoler sa conscience.

- Je te crois Iris. Cela aurait été quelqu’un d’autre, j’avoue j’aurais peut-être eu des doutes. Mais là, c’est toi.

La confiance même si la jeune femme l’avait déjà trahie une fois ? Oui. Aveuglément. Parce qu’il la connaissait et il espérait sincèrement la connaître encore.

- Je venais juste te dire que… Je t’en veux toujours. MAIS, tu pourras compter sur moi pour t’aider à les étriper. On les mettra en pièce, un à un.

Il ne trouvait pas de phrases réconfortantes quant aux pokémons qu’ils n’avaient actuellement plus et l’ancien champion n’en cherchait de toutes manières pas. Il n’aimait pas les futilités alors que le point le plus important n’était pas encore abordé et de toutes les façons il n’aurait pas eu le temps d’en placer une avec le grabuge autour d’eux. La bulle qui c’était formée entre les deux anciens amis éclatait lorsqu’un homme qu’il connaissait au moins de vue et de renommée venait rapidement offrir un pokémon à la brune. Intéressant de le savoir ici, Waltz était de ces hommes que Drew avait dans ses petits papiers personnels, au cas où. Il n’avait pas encore eu l’occasion d’essayer de le contacter pour diverses affaires mais nuls doutes que lorsque le moment s’en présenterait il y penserait. Pour le moment chacun avait ses affaires à régler et à l’instant présent la traque aux vrais criminels allait pouvoir être commencée.

Il le suivait longuement du regard, jusqu’à apercevoir Nozomi qui avait eu le temps de les rejoindre. Comme le monde était petit, Waltz, Nozomi, Iris et sa collègue Skye. Puis, à peine plus loin ce jeune homme avec qui il avait pu avoir une conversation quelque peu.. Musclée, au centre d’entraînement quelques jours plus tôt. Avec des personnes comme eux, nuls doutes que les voleurs allaient être démasqués avec plus ou moins de finesse. Pas le temps de plus s’attarder que ça aux personnes présentes, son attention était retenue par l’Agent Jenny qui captait la foule pour y donner la marche à suivre.

- Peuple de Kanto, je vous remercie de votre présence et je suis heureuse de constater que nombre d'entre nous sommes prêts à bouger de notre petite vie pour combattre le crime. Je suis simplement navrée que cela soit dans une situation aussi dramatique. Si vous êtes ici, c'est que vos pokémons vous ont été enlevés. Je ne peux vous promettre que nous retrouveront nos compagnons, mais je puis vous jurer que nous ferons notre possible pour arrêter ce groupe d'extrémistes. La police de Carmin-sur-Mer est débordée, mais je refuse de rester bras ballants devant un tel acte. J'implore donc votre aide et coopération afin que nous puissions être efficaces, je suis prête à aller au delà de mes principes pour vous, pour moi, pour nos pokémons innocents. Mademoiselle Carlysle nous offre généreusement l'accès aux sous sols de l'arène pour nous servir de quartier général de notre escadron spécial.

L’engouement mitigé que provoquait cette tirade le laissait perplexe. La population restait méfiante et clairement dans cet échantillon d’habitants on pouvait clairement sentir les opinions divergentes qui restaient encrées même si leurs forces étaient soudée dans un but commun. Il n’avait fallu que d’une phrase pour que cela ressorte légèrement de nouveau. Il cherchait instinctivement Iris du regard, surtout à son chuchotement qu’il avait pu capter. Les mots ne venaient pas, lui qui était si éloquent habituellement. A croire que l’évènement lui faisait perdre ses moyens. Au moins il avait gardé le plus important : Son calme.
A défaut de trouver des mots, il pressait doucement l’épaule de l’ancienne championne dans un signe de trêve et de soutien, pendant que l’agent formait les groupes. Il s’éclipsait doucement lorsqu’on venait le mener à son partenaire, un peu tendu à l’idée de peut-être se retrouver avec quelqu’un qu’il ne pouvait pas supporter.

Soulagement totalement feint lorsqu’il remarquait qu’il ne connaissait absolument pas le jeune homme qui se présentait devant lui. D’une bonne dizaine d’année plus jeune que lui et accompagné d’un élégant Draco et d’un petit Abra, le garçon avait l’air plutôt perdu. Sûrement désorienté du fait qu’il avait du subir comme tout le monde ici, l’ex-champion se demandait quand même si son binôme allait avoir le cran de le suivre jusqu’au bout.

- Aller on se reprend, garçon.

Une phrase qui avait pour but de secouer un peu le jeune homme, sans pour autant tomber dans la méchanceté. Il n’était certes pas là pour faire du baby-sitting, mais Drew ne comptait pas non plus le décourager totalement. Il lui tendait la main pour lui prouver sa non-animosité et surtout se présenter à lui.

- Drew Young, champion de Safrania.

Toujours cette habitude de se considérer encore comme champion qui ne le quittait pas. Certains le trouvaient audacieux, limite effronté de continuer de se donner ce titre. Lui trouvait ça normal, on ne lui avait pas franchement demander son avis.

- Si t’es là, c’est que tu désire retrouver ton ou tes pokémons et éventuellement refaire la plastique à coup de phalanges à cette organisation de mes deux. J’ai besoin de tout ton courage pour ça, sinon rentre chez toi si tu ne veux pas prendre de risques. Si tu reste, j’ai besoin de pouvoir compter sur toi, ok ?

Clair, net, franc. Il voulait un allié auprès de lui, pas d’un boulet. Chaque personne avait du potentiel en soit, il fallait simplement trouver le courage de l’utiliser et de l’exposer, Drew espérait que son partenaire avait les épaules pour cela.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 9 Mai - 18:42
Invité
Tristan se sentait véritablement mal à l'aise sans ses Pokémon, au milieu de tous ces gens en colère. Il restait seul, dans son coin et adossé à un mur. Sa mine était triste, ce qui lui donnait un drôle d'air avec tout le maquillage qu'il s'était appliqué sur la figure pour ressembler à un Emo.

Le jeune homme restait tout de même à l’affût d'éventuelles informations, et écoutait toutes les conversations autour de lui. Il reconnut plusieurs personnes de loin : les anciens champions d'arène Skye Winter, Nozomi Stark, Drew Young et bien entendu cette chère Iris. Les deux membres de l'APP s'échangèrent brièvement un regard. Tristan sentit alors qu'elle avait, une nouvelle fois, démasqué sa véritable identité. Un jour, il lui demandera son secret : ce serait bête que quelqu'un d'autre le reconnaisse à travers tous ses déguisements !
Au milieu de la foule, il reconnut également d'autres membres de l'APP, et il se sentit mal à l'aise d'avoir osé douter de son organisation. A l'avenir, il ne le ferait plus.

L'agent Jenny présente sur le terrain essayait de calmer tout ce monde présent dans l'arène, en vain. La colère et la protestation se faisaient sentir : tous voulaient récupérer leurs Pokémon, mais si ils continuaient dans cette voie, personne ne pourrait rien faire. Heureusement, au bout de quelques minutes, l'agitation retomba, et la policière put faire son discours :

- Peuple de Kanto, je vous remercie de votre présence et je suis heureuse de constater que nombre d'entre nous sommes prêts à bouger de notre petite vie pour combattre le crime. Je suis simplement navrée que cela soit dans une situation aussi dramatique. Si vous êtes ici, c'est que vos pokémons vous ont été enlevés. Je ne peux vous promettre que nous retrouveront nos compagnons, mais je puis vous jurer que nous ferons notre possible pour arrêter ce groupe d'extrémistes. La police de Carmin-sur-Mer est débordée, mais je refuse de rester bras ballants devant un tel acte. J'implore donc votre aide et coopération afin que nous puissions être efficaces, je suis prête à aller au delà de mes principes pour vous, pour moi, pour nos pokémons innocents. Mademoiselle Carlysle nous offre généreusement l'accès aux sous sols de l'arène pour nous servir de quartier général de notre escadron spécial.

*C'est tout Iris ça, généreuse comme personne !* Pensa Tristan en esquissant d'un sourire. Après tout, ce ne devait pas être facile pour elle de revenir dans son ancienne arène...
Après les minces applaudissements, Jenny reprit :

-Je pense que nous devons dès à présent nous mettre au travail. Je vous propose de réaliser des binômes, de cette manière nous pourrons nous donner des missions afin de nous faire avancer dans notre enquête pour retrouver nos pokémons.

Des... des binômes ?! Tristan n'avait pas pensé à cette éventualité ! Si il se mettait avec quelqu'un avec qui il arborait d'ordinaire un tout autre déguisement, sa couverture risquait de griller et son identité secrète éclaterait au grand jour !
Il espérait surtout ne pas tomber avec Nozomi : elle était très rusée et perspicace, elle découvrirait rapidement qui il est réellement, et l'enquête du jeune espion pour savoir si elle organise des matchs illégaux de manière régulière serait fichue !

Heureusement, le destin lui était favorable (du moins, pour le moment) : on lui assigna un tout autre équipier, un certain Gabriel Waltz (pour ne pas dire LE CÉLÈBRE Gabriel Waltz). Tristan avait entendu de lui à de nombreuses reprises auparavant, il faisait aussi partie de l'APP, ce qui était rassurant. Mais l'explorateur ne l'avait jamais rencontré en vrai : après tout, il  y a une première fois à tout !

Toujours dans le rôle d'un adolescent blasé de la vie, le jeune homme suivit l'Agent Jenny qui le conduisit vers son coéquipier d'un jour. Une fois face à lui, Tristan préféra jouer le jeu et rester distant. Il lui dit d'un ton faussement blasé :

-S'lu m'sieu. Heuuu... Je crois que -genre- on va collaborer ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 10 Mai - 5:09
Invité

J’entrai dans l’ancienne arène pokémon, curieux de savoir ce qui se tramait à l’intérieur. Abra dans mes bras et Draco qui s’est presque enroulé autour de moi, je pu voir la présence de quelques anciens champions et d’autres personnes que je ne connaissais pas. Je vis l’agente Jenny attendre en avant comme si elle attendait plus de gens. Je pu déduire qu’elle va former des équipes pour retrouver nos précieux amis. À cette pensée, une image de Togékiss et de Roigada s’implanta dans ma tête qui me figea sur place, plongé dans mes pensées. S’il leur arrivait quoi que ce soit, je serais tellement hors de moi. Je les aime comme des membres de ma famille. Quelqu’un me bouscula par l’arrière, ce qui sortit de mes pensées. J’allai m’installer dans un coin, près d’une fenêtre. Je fixai le ciel, espérant voir voler ma splendide Togekiss. Draco vint à ma rencontre, remarqua sa présence, je déposai ma main sur sa tête et je joins mon visage près du sien afin de lui montrer une marque d’affection.

J’entendis plusieurs personnes exprimer leur mécontentement. Je ne pouvais pas être plus en accord avec leur pensée. En ce moment, je suis trop émotionnel pour partir en quelconques recherches. Je sortis de mon portefeuille deux photos. La première illustrait Togekiss et moi qui exprimaient notre joie face à notre victoire à notre dernier concours pokémon, un ruban à la main. Oui, c’est grâce à Togekiss si j’ai pu gagner mon premier concours pokémon. Voir cette photo me fit sortir quelques larmes puisque Togekiss est mon ami depuis mon adolescence, le perdre serait un méga vide dans mon coeur. La deuxième photo illustrait Roigada et moi. Bras autour de mon pokémon, on s’était pris un selfie sur une plaine fleurissante. Je me retins d’éclater en sanglot. Je ne sais pas pourquoi, mais beaucoup d’émotions passaient, comme si je devais m’attendre au pire. Je n’ai pas écouté ce que l’agente Jenny avait dit, trop préoccupé par regarder les photos de mes pokémons.

Soudain, je me fis interrompre par l’arrivée de l’agente Jenny avec l’ancien champion psychique : Drew Young. La policière me dit qu’il sera mon coéquipier afin de rechercher les pokémons. Je restai là, mon moral n’est pas au top, au point que je ne pris pas la peine de regarder mon futur coéquipier. Mon regard se perdit dans les photos. C’est là que je me rendis compte que je ne retrouverais pas mes compagnons là en m’apitoyant sur leur sort. C’est mon devoir de tenter de les retrouver. J’essuyai les quelques larmes qui avaient osé couler sur mes joues. Je regardai finalement l’ancien champion et celui m'adressa la parole comme si j'étais un enfant. J'arquai d'un sourcil, ais-je l'air d'un garçon de six ans? Le mot employé par l'ancien champion m'énerva au plus au point. Je ne répondis pas à sa remarque.

Monsieur Young me tendit la main pour que je la lui serre, comme si j'étais un con qui ne le connaissait pas. Qui ne connait pas l'ancien champion de Safrania? Je ne pris même pas la peine de lui serrer la main, je me contentai de me lever afin de me reprendre. C'est fou comme l'ancien champion a encore en tête qu'il est toujours le champion alors qu'il n'est personne. Je ne me présentai pas, de toute façon il doit s'en ficher carrément de qui je suis. Je me contentai de soupirer et regarder par la fenêtre, désintéressé de la situation, espérant de voir Togekiss voler dans le ciel pour me retrouver. Je n'arrive pas à croire que l'agente Jenny m'a donné un coéquipier narcissique « wanna be champion ». Mister Young me dit que si je ne suis pas ici pour l'aider que je devais retourner à la maison. Mon regard se posa sur l'ancien champion, un regard semi haineux et semi mauvais. L'idée de rencontrer celui et de ceux qui sont entrés dans ma chambre d'hôtel me donna des idées noires, je les étriperai littéralement, si j'ai l'occasion de leur ôter la vie, je le ferais. Je ne me sentis pas seul dans mes pensées, je reconnu la présence de mon abra et étrangement, je sentis un appui de la part de mon pokémon. [Nature mauvaise] Est-ce qu'il était d'accord avec mes pensées. Je lui rétorquai :

« Besoin de mon courage? Franchement, tu me prends pour un gamin de six ans ou quoi? C'est simple, je vois ces bandits à nouveau, je vais leur faire la peau, ils ne méritent pas de vivre ces enfoirés là! »

J'ai perdu de toute mon élégance, de mon attitude normalement modeste. Tout ce que je voulais était de retrouver mes deux amis, kidnappés par ces connards. Je sentis que Draco était un peu perturbée par mon attitude violent. Je lis dans ses yeux qu'elle avait un peu peur et je pu comprendre son état d'esprit. Je fis un long soupire, abandonnant mon attitude violent, je m'approchai de Draco en déposant tranquillement ma main sur son cou. Je lui dis :

« Désolé ma belle...je suis en colère et émotif à cause de nos deux amis disparus. Ça me met hors de moi-même...Je te remercie de ton support...mais va te reposer, je vais faire appelle à toi plus tard. »

Je lui déposai un bisou sur le coté de sa tête, puis je pris sa pokéball en appuyant sur le bouton pour qu'elle revienne dans sa maison. Abra resta dans mes bras, avoir sa présence me rassurait. Mon regard s'encra sur l'ancien champion, j'ai repris un peu de mes esprits. Je ne comptai pas de m'excuser, mais j'attendis que l'agente Jenny nous attribue un lieu pour qu'on puisse commencer ces recherches.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 20 Mai - 22:34
Invité
Le temps passait et je restais assis dans un coin, légèrement abasourdi par ce qui se passait autour de moi. De plus en plus de personne rejoignait le petit groupe au sein de l'arène. Je savais que quelque chose de gros allait se passer aujourd'hui. Fébrilement, je serrais le caméscope dans ma poche. Je crois que j'avais eu raison de l'emmener avec moi.

Timidement je me levais alors que l'agent Jenny nous rejoignait à son tour. Son coup de sifflet résonnait dans l'arène et le silence se fut quasi instantanément. Quand à moi je dégainais ma camera et lançais l'enregistrement. Je balayais rapidement la pièce avec l'objectif, puis l'attention se portait sur Jenny alors que j'enregistrais son discours. Je réalisais alors l'amplitude de la tâche devant nous. Car j'étais de loin le seul à me retrouver avec un pokémon volé.

D'ailleurs il fallait bien reconnaître une chose à ses voleurs : leur organisation. Un tour sur la chaîne info nous permettait aisément de constater que les vols concernait l'ensemble de Kanto. Cela sous-entendait une organisation importante et sans faille... Mais qui pouvait bien être derrière cette manœuvre ? Mes divagations à part j’écoutais Jenny tenter d'organiser les troupes. Nous allions nous retrouver par binôme. Notre mission n'était pas encore définie et à ma plus grande surprise, Jenny me mit en équipe avec nul autre que la grande Iris Carlysle.

Ces derniers temps mon chemin ne cessait de croiser ceux d'anciens champions d'arène. Drew à Safrania et maintenant Iris. Tout ces anciens champions d'arène étaient à peu près de ma génération. J'ai grandi en même temps qu'eux. J'étais légèrement impressionné par l'aura de ces personnes car il y encore peu de temps en tant que champion ils avaient tous leurs autorité et elle résonnait en moi encore ce jour. Je rangeais mon caméscope dans la poche de mon blouson et entreprit de serrer la main de Iris. Elle tâchait de faire bonne figure, ça se voyait, mais semblait peiné et sous pression ? Je me rappelais de son intervention télévisé de ce matin. Alors oui je ne suis pas trop porté politique en général mais même un abruti de mon genre comprenais à peu près l'étaux dans laquelle cette ancienne championne était. Je lui souriais en retour, d'un sourire simple et franc.

"Enchanté, je m'appelle Nolan. Et oui les conditions ne sont pas géniales mais on est là pour arranger les choses... enfin j'espère." Je soupirais, repensant à mon Pyroli disparu. Depuis mon départ de Safrania, je m’efforçais de ne pas focaliser mon esprit sur mon Pokémon disparu de peur à ce que la panique ne s'empare de moi et me rende inefficace. La question de Iris n'aidait pas mon cas mais je m’efforçais de lui répondre. Ma main se dirigeait par réflexe à ma ceinture, mes doigts effleurèrent les pokéballs contenant Machopeur et Elektek. "Juste un, mais c'est mon meilleur ami, et  je le retrouverait !" Dis-je, une lueur déterminé dans le regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Skye Winter
Dresseur Amateur
Dresseur Amateur
⊱ Messages : 574
⊱ Poké$ : 46544
⊱ Arrivé(e) le : 15/10/2015
⊱ Age : 31
⊱ Localisation : carmin-sur-mer
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 25 Mai - 20:18
De plus en plus de monde se trouvaient dans cette ancienne arène a croire que ce groupe mystérieux avait sévit dans toute la région. Il devait être nombreux pour avoir réussit à se faufiler dans de nombreuses maisons, peut-être que leur pokémon les avait aider dans cette tâche ? La blonde fut peinée de voir l'ancienne championne de Cramois'île débarquer dans la selle. Elle aussi. Skye se disait que ces bandits avaient fait une grave erreur en s'attaquant aux deux championnes, jamais, elles n’abonneraient leur compagnon, elles traqueraient ses lâches jusqu'au bout ! Nozomi s'approcha de Skye et la pris dans ses bras, celle-ci répondu à son étreinte et lui répondu d'une voix déterminée. " T'inquiète, on les retrouvera, ils ont fait une grave erreur de s'attaquer à nous !" Tous ses pokémons avaient été volé, il n'en restait pas un seul. Heureusement, elle avait prévu de se procurer un Evoli, le propriétaire de la pension lui en avait gardé un et elle était allé le récupérer plus tôt que prévu. Il était tout jeune mais elle avait besoin d'un compagnon à ses côtés.

Ensuite, c'est au tour de ce cher Monsieur Waltz de se diriger vers le duo et lorsqu’il arriva à leur hauteur les salua en leur tendant la main. Skye répondue volontiers à sa poignée de main. " Bien sûr que je me souviens de vous, je suis navrée de voir que notre deuxième rencontre soit dans de telle circonstance." La demoiselle était sincère mais elle ne pouvait nier qu'il pourrait d' être une aide durant les recherches vu son influence. " Il ne s'est pas passé grand chose, nous nous sommes rassemblés ici il n'y a pas longtemps, je pense que l'agent Jenny va bientôt prendre les commandes de cette "opération"." Skye ne fut pas étonner de voir des employés de Gabriel distribué des boissons de sa marque, allié marketing et entraide, elle le reconnaissait bien là.

L'agent Jenny exigea le silence pour pouvoir prendre la parole, enfin, se disait Skye, pressée de commencer les recherches. L'ancienne championne écouta attentivement ce que la policière avait à dire, l'idée des binômes n'était pas mauvaise en soi, la blonde espérait simplement tombé sur une personne un minimum compétente et pas trop chiante. Coup de chance, c'est avec Nozomi qu'elle fit équipe, un petit sourire s'afficha sur ses lèvres, elle ne pouvait pas mieux tomber.  " Et bien, il semblerait que le hasard nous soit favorable. Je suis impatience de débuter les festivités !"


Δ You think you'll win, but soon you'll see
You may beat some, but you can't beat me

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Heroes :: Archives Rp-
Sauter vers: